Les risques liés à la nicotine

 

La fumée de la cigarette contient plusieurs substances dangereuses pour la santé. Mais la dépendance au tabagisme est surtout due à la nicotine qui représente dès lors un danger non négligeable. La nicotine agit sur les habitudes de l'organisme sur plusieurs plans dont le système cérébrale et le cœur.

 

 L'accoutumance à la cigarette est due à la présence de la nicotine dans le tabac. De cette addiction découle l'abus tabagique et l'apparition de nombreuses pathologies dont certaines sont mortelles comme le cancer des poumons. Le premier effet de la nicotine est de saturer l'émission d'informations qui arrive au niveau des neurones en stimulant la production de l'acétylcholine. L'acétylcholine n'est autre qu'un neurotransmetteur. A un rythme effréné, la consommation de nicotine devient dangereuse car elle augmente le rythme cardiaque et la pression artérielle. A ce propos, une fois inhalée, la nicotine véhiculée par la fumée est absorbée par les capillaires pulmonaires. Elle passe ensuite dans le cœur gauche et parvient au cerveau au bout d'une dizaine de secondes. C'est pour cette raison que la teneur de nicotine exerce une influence plus importante sur le plasma artériel que veineux. A ce stade, la nicotine stimule la sécrétion d'adrénaline et coupe l'appétit du fumeur, d'où son caractère anorexigène. De nombreux fumeurs perdent du poids au bout d'une certaine période de dépendance et reprennent un poids normal en cas de manque. A forte dose, la nicotine provoquerait des vomissements et de la nausée, entraine la paralysie respiratoire et peut causer un arrêt cardiaque. Bien que l'effet stimulant de la nicotine dure à peine quelques heures, l'accoutumance est difficile à combattre. Un manque de nicotine se traduit par une agitation, une irritabilité et peut aller jusqu'à la dépression nerveuse en particulier les premiers jours de privation. Ces effets ne doivent en aucun cas être négligés, indépendamment des préjudices que peuvent causer les autres substances sur l'organisme du fumeur. 

L'implication de la nicotine dans l'accoutumance au tabac

La nicotine stimule la sécrétion d'endorphine, de glutamate et de dopamine. Cet effet stimulant donne une sensation de détente au fumeur dans les quarante minutes qui suivent l'assimilation de la nicotine. Comme elle influence la production d'endorphine, de dopamine et de glutamate, la nicotine devient alors une drogue douce, mais à condition qu'elle soit consommée à petite dose. Certaines modes de vie impliquant le tabagisme entrainent une rapide apparition de la dépendance à la nicotine et un besoin constant d'en accroître la dose. Un arrêt brusque induit alors des symptômes de manque nécessitant parfois l'assistance d'un tiers. Dans certains cas, le fumeur en période de privation est confronté à de fortes migraines, à l'anxiété et peut devenir dépressif en l'absence de l'effet stimulant de la nicotine. Ces effets pouvant être considérés comme dangereux.

Le danger représenté par une intoxication à la nicotine

Un fumeur invétéré n'est pas à l'abri d'une intoxication à la nicotine ou d'un surdosage qui peut lui être fatal. Un surdosage nicotinique se manifeste par une accélération du rythme cardiaque et par des lipothymies qui se traduisent par le vertige, l'étourdissement et la lourdine. Une intoxication à la nicotine peut également entrainer des céphalées, des nausées et une fatigue générale. Dans bien des cas, elle peut provoquer l'insomnie, la sécheresse buccale ou au contraire de l'hypersalivation, des douleurs abdominales associées à des diarrhées et une diminution rapide de l'acuité auditive. Une inhalation importante de nicotine par le biais de la cigarette de manière régulière est très dangereuse et présente un risque aggravé d'hypotension, de gêne respiratoire, de pouls irrégulier très faible, de convulsions soudaines, de collapsus et de prostration.

La nicotine et les fumeurs passifs

La nicotine inhalée présente également un grand danger pour les fumeurs passifs. Ils respirent la fumée de cigarette dans un environnement tabagique et sont confrontés eux aussi à de graves pathologies. Chez les enfants en très bas âge, la plus dangereuse est la mort subite du nourrisson. Cette cause de décès fréquent peut atteindre les enfants jusqu'à 24 mois. La nicotine est tout aussi mauvaise pour leur santé dans la mesure où celle-ci exerce les mêmes influences sur un organisme encore fragile. Il en est de même chez la femme enceinte et les personnes âgées dont le système cardio-vasculaire est déjà affaibli.