Le tabagisme passif de la cigarette électronique

 

 

L'OMS qui n'a pas encore obtenu la conviction sur la totale innocuité et efficacité de la cigarette electronique.

Sur le net, plus précisément sur les forums d'échange, de nombreuses personnes qui sont pour la plupart des témoins, affirment que la cigarette électronique est inoffensive. Mais du côté de la rive où se trouvent les autorités sanitaires et médicales, l'opinion est encore mitigée et certaines d'entre eux recommandent la vigilance. En effet, la cigarette electronique permet aux fumeurs de répéter les mêmes gestes que lorsqu'ils fumaient sur leur vraie cigarette. En revanche, la fumée qu'ils aspirent ne contiennent plus les quelques milliers de produits toxiques que renferme la version traditionnelle. Au lieu de respirer des nitrosamines et d'autres substances cancérigènes, le fumeur et son entourage respire une vapeur chaude aromatisée et du propylène de glycol. La nicotine est en option.

Que pense l'OMS de la cigarette électronique ?

L'Organisation Mondiale de la Santé ne semble pas encore avoir cautionné la cigarette électronique. Mais de leur côté les sociétés qui commercialisent les e-cigarettes soutiennent leur marchandise comme étant bien moins dangereuse que la cigarette traditionnelle. Il s'avère d'ailleurs que l'OMS ne décrive pas la cigarette electronique comme étant sans danger. Selon un responsable de l'OMS, aucune preuve scientifique n'a été fournie pour soutenir que la cigarette électronique était sans danger pour le fumeur et pour les autres, les fumeurs passifs. L'innocuité de la cigarette électronique reste donc à prouver aussi bien pour celui qui l'utilise que ceux qui ne l'utilisent pas, mais qui respirent en revanche la fumée de celle-ci.

Que contient la fumée de la cigarette électronique ?

La fumée d'une cigarette classique contient des nitrosamines et du monoxyde de carbone. Ce sont les substances les plus dangereuses et connues comme étant toxiques. L'avantage avec la cigarette électronique est que sa fumée ne contient aucune de ses deux substances. Ces substances sont alors remplacées par un mélange contenant du propylène de glycol qu'on retrouve d'ailleurs dans les produits pour l'alimentation et l'hygiène. Malgré le manque de reconnaissance que lui témoignent certaines entités, la cigarette electronique a été reçue avec un certain succès dans la communauté des fumeurs. Pour l'heure, il n'existe aucune indication signifiant que la cigarette electronique ait été la cause d'un problème sanitaire aussi bien pour le fumeur que pour les fumeurs passifs. La preuve est qu'après seulement 5 ans de commercialisation, la cigarette électronique a été adoptée par de nombreux fumeurs. Mais tout excès est bien évidemment nocif pour la santé, et cette règle s'appliquera également aux fumeurs de la cigarette electronique. Dans tous les cas, il convient de vivre dans une pièce bien aérée plutôt que de fumer la cigarette électronique dans une pièce close qui risque d'incommoder les autres. Même si la cigarette électronique est 1000 fois moins toxique que la cigarette traditionnelle.

Quel effet a le propylène de glycol ?

En dépit du succès de la cigarette électronique auprès de bon nombre de fumeurs accoutumés à la vraie cigarette, le propylène de glycol qu'il renferme fait encore tergiverser plus d'un. A ce propos, cette substance est couramment utilisée dans le monde de la pharmacopée, de l'hygiène et de l'alimentation. En effet, le propylène de glycol est présent dans les médicaments indiqués dans le traitement de nombreuses maladies respiratoires comme la sinusite. Même s'il n'est pas catégorisé en tant que substance nocive par les services de santé, il n'en reste pas moins qu'il s'agisse d'une substance chimique qui peut être irritant. Les dérivés terpéniques que la cigarette electronique contiendrait représenteraient alors un facteur déclencheur d'épilepsie. Il est donc conseillé de ne pas utiliser la cigarette électronique à proximité de sujets qui ont des antécédents sanitaires avec les maladies épileptiques et respiratoires.

En cas de besoins il est recommandé de consulter votre médecin.